ACCUEIL >> Médecine Chinoise  >>Conjuguer médecine moderne et acupuncture traditionnelle ?
Sur le Web
Conjuguer médecine moderne et acupuncture traditionnelle ?
samedi 29 octobre 2016 , par Catherine Masson


Cet article a été réalisé en collaboration avec l’agence Marco Vasco en Chine http://chine.marcovasco.fr/, une agence ayant comme objectif de faire découvrir la Chine et sa culture.



La pratique de l’acupuncture est connue des Chinois depuis plus de 2000 ans. Utilisé depuis tout ce temps, ce système thérapeutique a toujours fait ses preuves. Ce qui lui a fait gagner la confiance des Chinois. Pourtant, les Occidentaux n’ont vraiment commencé à l’adopter qu’il y a de cela quelques décennies, ses détracteurs ne se tenant pas bien loin. Cependant, malgré une méfiance ambiante, on remarque que la médecine occidentale commence à lui être favorable.

 Aperçu des quelques recherches scientifiques se rapportant à l'acupuncture

La neurobiologiste Maiken Nedergaard et son équipe de l’université de Rochester à New York ont réalisé, en 2010, une recherche sur l’action de l’acupuncture sur les douleurs locales. Elle a alors confirmé l’action bienfaisante de cette méthode traditionnelle pour le traitement de ce genre de mal.

Pour cette étude, des souris ayant chacune une patte endolorie ont été utilisées. Elles ont été traitées par acupuncture traditionnelle pendant 30 min chacune. Puis, au terme de ces 30 min, on a relevé le taux d’adénosine à l’endroit de la patte douloureuse où l’aiguille d’acupuncture a été plantée. On a alors remarqué que ce taux a été 24 fois plus important par rapport à celui relevé au commencement de la séance.

Il faut savoir que l’adénosine est une molécule naturelle produite par l’organisme pour soulager la douleur. Cette étude démontre, alors, que l’acupuncture est très efficace pour traiter les douleurs localisées.

Évidemment, ces résultats n’ont permis d’expliquer par la science moderne que seulement une infime partie des actions de l’acupuncture. Bien d’autres études seront à faire pour mieux saisir l’étendue des bienfaits de cette méthode ancestrale.

Une autre recherche notable est celle réalisée par les chercheurs de l’Université de Stanford, en Californie, en 2010. Pendant huit semaines, des femmes enceintes, au nombre de 150, victimes de grande dépressions ont été étudiées.

En 12 séances, elles ont suivi :

  • soit un traitement par acupuncture, en utilisant des techniques propres à la dépression ;
  • soit un traitement par acupuncture non spécifique ;
  • soit un traitement à base de massage.

Résultat de la recherche : les femmes de la première catégorie se sont portées bien mieux que celles des autres catégories.

Ces résultats sont d’une grande importance. En effet, ils permettent de considérer l’acupuncture comme une meilleure alternative aux antidépresseurs ; ces médicaments étant contre-indiqués au cours de la grossesse.

 D'autres interventions notables

Bien qu’en retard par rapport à ses voisins suisse et allemand, le domaine de la médecine en France commence à reconnaître peu à peu la valeur de l’acupuncture. L’intervention des praticiens dans les hôpitaux, notamment en obstétrique, est la preuve de ce changement point de vue vis-à-vis de l’acupuncture. Par exemple, les praticiens de cette pratique traditionnelle chinoise exercent dans le but de préparer l’accouchement, de veiller à son bon déroulement et de rectifier incidents qui pourraient survenir, le cas échéant.

Par ailleurs, l’acupuncture intervient aussi dans le cas d’un patient atteint d’un cancer et subissant un traitement par chimiothérapie.

Elle n’entre pas en jeu pour supplanter la chimiothérapie, mais en guise de renfort. En effet, elle réduit considérablement les effets nuisibles de ce lourd traitement, tout aidant le malade à mieux se remettre.

Ce ne sont là que quelques cas remarquables pour lesquels l’homme peut profiter des actions bienfaisantes de l’acupuncture. Il est important de noter ce constat : médecine moderne et acupuncture traditionnelle peuvent s’associer ; et la tendance veut même qu’elles deviennent indissociables, selon certains médecins.

Sources :

L’étude de Maiken Nedergaard et son équipe : https://www.urmc.rochester.edu/news/story/2880/acupunctures-molecular-effects-pinned-down.aspx

L’étude se rapportant à la dépression postnatale : http://journals.lww.com/greenjournal/Abstract/2010/03000/Acupuncture_for_Depression_During_Pregnancy__A.7.aspx

Boutons pour partager l'information




En bref...
Du même auteur

Catherine Masson

Association Sun Simiao

Médecine traditionnelle chinoise une écomédecine  

Christian Portal
88 rue de Videlle
78830 Bullion


Dernière mise à jour : samedi 29 octobre 2016
retour au sommaire