Warning: exec() has been disabled for security reasons in /var/www/vhosts/sunsimiao.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 744 Ecologie et approche causale des systèmes - Association Sun Simiao
 ACCUEIL >>Ecologie et approche causale des systèmes
Sur le Web
Ecologie et approche causale des systèmes
lundi 17 juillet 2006 , par Christian Portal

Le plus souvent, l’écologie est comprise comme une idéologie à caractère politique, pourtant, c’est une pensée fondée sur l’approche systémique. On parle aussi d’approche causale des systèmes [1].

Cette approche est fondée sur l’émergence d’une compréhension globale sans fragmentation de la pensée ni exclusion d’aucun paramètre.

La difficulté qui s’attache à la compréhension d’une telle approche repose sur nos habitudes de réflexion. Notre pensée est fragmentaire, ce qui nous conduit à analyser chaque élément séparément en imaginant que leur réunion donnera une image satisfaisante de l’ensemble. Une grande partie de nos connaissances est issue de cette démarche.

Pour mieux comprendre, voici quelques extraits du texte de Jacques Duranson [2]

On retrouve cette notion en physique moderne dans ce qu’on appelle l’approche écologique. Celle-ci est illustrée par la mécanique quantique ou la théorie de chaos.

Même dans le domaine des apprentissages moteurs, on retrouve dans la démarche écologique, une notion de l’approche causale des systèmes. [3]


En quoi une démarche écologique est elle intéressante en matière de santé ?

De façon élémentaire, il n’est pas concevable de soigner un organe en ne tenant pas compte des répercutions de ce soin sur le reste du corps. Cette démarche fragmentaire aboutit aux effets secondaires générés par la médecine moderne. C’est le résultat de l’action des médicaments, de nature fragmentaire, mais plus encore de la pensée médicale qui l’a construite.

Dans une démarche écologique, on ne peut traiter un organe qui apparaît comme malade sans savoir quelles sont les interactions en amont qui aboutissent à cette situation ni quelles en sont les conséquences en aval. C’est le principe de non-exclusion qui s’exprime ici.

En tant que thérapeute, il semblerait en respectant les principes énoncés, que l’action la plus juste soit forcément une action discrète et subtile qui ne vienne pas bousculer des aspects imprévus susceptibles de perturber l’ensemble du système.

Comme le vivant se comporte comme un système, c’est à dire qu’il dispose de capacités d’adaptation, de régulation, de réparation et donc de guérison autonomes, on constate que même des actions non écologiques et non respectueuses d’une démarche systémique permettent tout de même une guérison réelle. C’est en particulier le cas dans la période médiane de la vie et à un moindre degré dans les premiers âges. Mais quand arrive la vieillesse, ces capacités s’estompent et ces traitements conduisent à un délabrement progressif.

On constate, dans les premières années de vie, que des traitements inappropriés débouchent sur des situations qui deviennent chroniques. La seule ressource du médecin est d’attendre que l’enfant grandisse pour que les capacités d’auto-guérison propres à la nature écologique des systèmes soient en mesure de réparer les perturbations chroniques induites dans la prime enfance.

Cette situation n’est possible que si les maladies ne sont ni trop graves ni trop profondes, car alors, la durée et la brutalité des traitements vont s’opposer violemment aux capacités systémiques du vivant. C’est sans doute la raison de l’échec des traitements des cancers [4].

Dans ce contexte, soigner un malade, c’est considérer l’ensemble d’un système extrêmement complexe et se demander comment corriger la situation pathologique en perturbant le moins possible chacun des éléments qui le constitue. Une médecine qui respecterait l’ensemble des principes propres à l’approche causale des systèmes me semble utopique, mais il semble que la seule démarche possible est celle qui se fait la plus discrète. C’est ainsi qu’on peut revenir au concept d’écomédecine, et proposer un essai de définition.

Une écomédecine serait une pratique de soin capable de prendre en compte l’ensemble du système traité, statique, organique, émotionnel, et en agissant de la façon la plus subtile possible. Les remèdes ne devront pas entraîner de perturbations importantes et seront obligatoirement adaptés à chaque patient. Aucune pratique ne peut être considérée comme écomédecine dès lors qu’elle use de protocoles systématiques. Il serait bien sûr préférable que les thérapeute soient capables d’agir sur l’ensemble des systèmes et de ce point de vue, un thérapeute généraliste serait supérieur au spécialiste. Sinon, le travail en équipes pluridisciplinaires écomédicales pourrait constituer un alternative acceptable.

Boutons pour partager l'information

[1Essai sur une introduction didactique à l’approche causale des systèmes de Jacques Duranson

[2Voir fichier joint.

[3Dans le cadre de l’approche écologique, on considère que la structure observable du mouvement constitue une propriété émergente qui est le résultat de l’interaction entre les capacités du système neuro-musculo-squelettique et les contraintes de la tâche. Ces capacités d’auto-organisation ne rendent pas nécessaire le recours à un contrôleur calculatoire. « Approche cognitive et écologique de l’apprentissage des habiletés motrices en sport » : J.J. Temprado et M. Laurent

[4Je rappelle ici des chiffres cruels en opposition avec la propagande actuelle : 248 000 nouveaux cas de cancer par an, 178 000 décès, lesquels ne tiennent pas compte de ceux qui meurent au delà de 5 ans, ni ceux qui meurent d’une conséquence directe du traitement (c’est sur cette base que les statistiques sont constituées). Cela constitue une mortalité de l’ordre de 72%.

Extraits -

Extraits de l’« essai sur une introduction didactique à l’approche causale des systèmes »





Mots-clés de l'article
En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Présentation
 Accueil
 1 - Qigong de l’arbre
 2 - Qigong « Hommage aux étoiles »
 3 - Qigong des cent merveilles
 4 - Qigong du dragon rouge
 5 - Qigong du cavalier
 Les truites changent de sexe
 6 - Qigong de la paix intérieure
 7 - Massage des trois trésors
 8 - Qigong du Guerrier
 Enseignement d’un sage indien
 1999-Dossier Monsanto (L’écologiste)
 1999-L’esprit des plantes
 2001-Faut-il tuer tous les microbes ?
 2001-L’homme moderne et l’homme traditionnel
 2002-La Hague au coeur du débat
 2005-France : les OGM en secret
 Syndrome de l’huile toxique
 La médecine chinoise bientôt reconnue comme patrimoine mondial ?
 Cuisine et diététique chinoises
 Les méthodes pour nourrir la vie
 Les conseils du Pr. LEUNG KOK YUEN
 Vaccinations
 Santé publique
 Cancer
 Traitements
 Amalgames dentaires
 Dossier Beljanski
 Dossier Médecines non conventionnelles
 Dossier justice
 Dossier médicaments
 Dossier Sida
 Dossier environnement
 Dossier médecine chinoise traditionnelle
 Deuxième congrès internationnal d’acupuncture en Amérique du Nord
 Entretien avec Jerry Alan Johnson (Spécialiste Qigong)
 Accidents liés aux plantes chinoises
 Il n’y a pas une médecine, mais des médecines
 Conflits d’intérêts
 Proposition de Paul Lannoye
 Mission d’Evaluation et de Contrôle des Lois de Financement de la Sécurité Sociale
 Colite pseudomembraneuse
 Grippe espagnole
 Interactions avec les produits naturels de santé
 Informations contradictoires (grippe aviaire et grippe humaine)
 Sureté des vaccins
 Pour une bonne pratique vaccinale
 Les dommages liés à la vaccination
 Contamination des vaccins
 Vaccins et autisme
 Les médicaments en 2005 : « Trop peu de progrès »
 A propos du classement sur les maladies nosocomiales
 Codex alimentarius
 MTC et chimiothérapie
 Grippe et Tamiflu°
 Grippe aviaire
 Position maternelle de l’accouchement
 Polémique sur l’ulcère à l’estomac
 Virus et bactéries en partie responsables de l’obésité ?
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 Conférence de Bogumila Cyrulik
 Contact
 Pour une médecine écologique
 Cure du foie

Association Sun Simiao

Médecine traditionnelle chinoise une écomédecine  

Christian Portal
88 rue de Videlle
78830 Bullion


Dernière mise à jour : samedi 29 octobre 2016
retour au sommaire